Traverse

Une traverse est un élément essentiel de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et l'inclinaison, et transmettre au ballast les charges des véhicules circulant sur les rails.



Catégories :

Voie ferroviaire

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Les déchets de traverses de la SNCF mis en cause - 13/04/2007 Un traitement 100 % d'origine végétale pour le bois - 24/02/2006... (source : actu-environnement)
  • de traverses en bois. Les morceaux de bois contenant de la créosote sont éliminés dans ... Le sous-directeur des produits et des déchets. Alain STREBELLE... (source : ineris)
de g. à d. Traverses en métal, en bois, et en béton monobloc.
Construction d'une voie ferrée en Alaska (1915).
Les traverses sont justes posées, attendant les rails.

Une traverse est un élément essentiel de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et l'inclinaison, et transmettre au ballast les charges des véhicules circulant sur les rails. On utilise essentiellement des traverses en bois ou en béton (et depuis peu il existe une fabrique de traverses en plastique dur recyclé).

Le travelage, c'est-à-dire le nombre de traverses au kilomètre, est variable.
En France, sur le réseau SNCF/RFF, il est le plus souvent de 1666 traverses/km.

Traverses en bois

Les traverses en bois forment toujours la très grande majorité des traverses utilisées dans le monde. Habituellement elles sont en bois dur (chêne ou plus rarement en hêtre). Le bois est apprécié pour sa résistance et sa flexibilité, pour sa facilité de mise en œuvre. Mais de durée de vie réduite (20 à 30 ans) car putrescible, il doit alors - pour cet usage - être imprégné sous pression d'un pesticide (puissant insecticide et fongicide), la créosote de goudron d'houille. Pour éviter la naissance de fentes, liées aux successions de périodes humides et sèches, on peut cercler les têtes de traverses avec feuillards métalliques, c'est le frettage.

Leurs dimensions sont le plus souvent, à la SNCF, de 2, 6 m de long, 25 cm de large et 15 cm d'épaisseur (les bois d'appareils ont des longueurs variant de 2, 60 m à 6, 00 m. ). Elles sont entaillées pour permettre l'appui des rails. La zone d'appui, dite «table de sabotage», est délimitée de façon à déterminer l'écartement des rails et leur inclinaison (au 1/20 ème à la SNCF). Une traverse pèse à peu près 80 kg.

La fixation des rails sur les traverses en bois se fait grâce à des tire-fonds et des attaches élastiques, quelquefois pourvues de semelles en caoutchouc pour limiter le bruit.

Le recyclage des traverses en bois traité est règlementé dans plusieurs pays à cause de la nocivité de la créosote, produit classé cancérigène.

Les traverses en bois exotique (azobé généralement) se développent beaucoup. À cause de leur caractère imputrescible, les traverses en azobé ne sont le plus souvent pas traitées à la créosote.

Traverses (en bois) recyclées, réutilisées ou «en fin de vie»

Qualification juridique

Les traverses deviennent des déchets (lorsqu'elle s sont cédées à un tiers pour un autre usage ou pour abandon). Pour la législation européenne et celle de divers pays, la traverse usagée devient un déchet lorsque son propriétaire d'origine (SNCF puis RFF en France) s'en «défait», même si c'est pour la valoriser dans une nouvelle filière. Et «se défaire» d'un bien matériel recouvre selon la jurisprudence européenne tant l'élimination que la valorisation (recyclage, valorisation énergétique) d'une substance ou d'un objet ; la directive 75/442/CEE impose aux États-membres de prendre «les dispositions nécessaires pour que tout détenteur de déchets les remette à un ramasseur privé ou public ou à une entreprise qui effectue les opérations visées aux annexes II A et II B ou en assure lui-même la valorisation ou l'élimination [1]) ».
Pour la CJCE la notion «se défaire» dépasse les seules opérations d'élimination ou de valorisation des déchets, et couvre à l'ensemble des objets et l'ensemble des substances dont le propriétaire se défait, même s'ils ont une valeur commerciale et s'ils sont collectés à titre commercial aux fins de récupération, recyclage ou réutilisation[2]. L'arrêt du 18 décembre 1997 de la CJCE a jugé que «des substances, qui entrent dans un processus de production, sont susceptibles de former des déchets».

Les traverses traitées à la créosote deviennent un déchet dangereux ; en Europe, dès le moment où elles sont abandonnées, démontées pour être abandonnées ou promises à un autre usage [3]. Depuis 1993, la circulation en Europe, et l'entrée et la sortie de ces déchets aux frontières de la Communauté européenne sont soumises à une réglementation spécifique [4].

En France [5], céder une telle traverse, sans s'acquitter des obligations imposées par le code de l'environnement et des règlements pris pour son application, est un acte constitutif de l'abandon, susceptible de poursuites [6]
Depuis 2002, un décret [7] inclut clairement les traverses en bois imprégnées à la créosote dans la catégorie des «déchets dangereux» (ou assimilés à un déchet industriel spécial), surtout en raison du caractère cancérogène (Cf. annexe II du décret, pour des produits signalés par un astérisque) de molécules présentes dans la créosote. Les traverses réutilisées ou valorisées relèvent surtout de la rubrique 17 02 04*Bois, verre et matières plastiques contenant des substances dangereuses ou contaminées par de telles substances»).
Responsabilités Tout producteur ou détenteur de déchet «est tenu d'en assurer ou d'en faire assurer l'élimination», et est responsable de cette élimination» [8]. Et tout producteur ou détenteur de déchets «dans des conditions de nature à produire des effets nocifs sur le sol, la flore et la faune, à dégrader les sites ou les paysages, à polluer l'air ou les eaux, à génèrer des bruits et des odeurs et , d'une façon générale, à porter atteinte à la santé de l'homme ainsi qu'à l'environnement, est tenu d'en assurer ou d'en faire assurer l'élimination conformément aux dispositions du présent chapitre, dans des conditions propres à éviter lesdits effets» (... ) «L'élimination des déchets comporte les opérations de collecte, transport, stockage, tri et traitement (... ) [9]». Pour tout dépôt, abandon ou le fait de faire déposer des déchets à tout autre que l'exploitant d'une installation agréée sans apporter à l'administration certaines informations [10], sont prévues des peines pouvant atteindre 2 ans d'emprisonnement et 75.000 € d'amende [11].
En France un «bordereau de Suivi de Déchets Industriels» doit être établi lors de l'enlèvement de tout déchet dangereux, pour permettre sa traçabilité, et le dernier volet de ce bordereau doit être réceptionné après traitement final (sous peine d'une amende de 4e classe) [12], et le producteur des déchets est responsable de leur bonne gestion, jusqu'à leur traitement final», même pour le marché de l'occasion [13] où le producteur doit aussi tenir un registre des déchets produits et pouvoir apporter toute forme de renseignement sur ceux-ci à l'administration.

Un problème supplémentaire est celui des DTQD (Déchets toxiques en quantité dispersée)  ; «plusieurs dizaines de milliers de traverses par an» sont volées et disparaissent dans la nature, dans des produits de consommation (charbon de bois[14] chez des particuliers (aménagement de jardins, terrasses et escaliers) selon RFF, qui s'ajoutent à celles qui font l'objet d'usages illégaux. Un projet de filière spécifique d'élimination des bois traités n'a pas été conduit à terme, faute d'entente entre les acteurs (RFF, SNCF, et France Télécom dont d'anciens poteaux téléphoniques (contenant de la créosote mais également de l'arsenic) [15]. Une charte, qui répond aux engagements du Grenelle Environnement, est signée le 15 juillet 2010 entre le Ministère de l'Écologie et ces trois acteurs qui s'engagent à perfectionner la traçabilité du bois traité à la créosote ou aux sels de cuivre chrome arsenic[16].
La convention d'Aarhus veut en outre que l'ensemble des informations concernant l'environnement soient accessibles au public.

Traverses en béton

Pose de traverses monobloc béton
Traverses en béton de type monobloc sur une voie du RER C à Jouy-en-Josas.

La traverse en béton, qui a une durée de vie plus importante (50 ans), fut introduite il y a plusieurs décennies pour pallier les inconvénients du vieillissement naturel du bois. Son utilisation fut appliquée alors aux lignes faiblement chargées.

À partir des années 70, l'emploi de la traverse en béton fut généralisé en France à la totalité des lignes. À cette époque en effet, la maîtrise technologique était sensiblement meilleure et en particulier, son prix de revient comparé à celui de la traverse en bois fut l'argument principal de cette décision.

Il en existe de deux types, la traverse bibloc et la traverse monobloc :

longueur = 2, 245 m
largeur = 29 cm (à la base des blochets)
épaisseur = 17 ou 22 cm (dans l'axe de la table)
longueur = 2, 415 m
largeur = 29 cm (à la base des blochets)
épaisseur = 22 cm (dans l'axe de la table)
longueur = 2, 30 m
largeur = 25 cm
épaisseur = 14 cm
La nouvelle génération, fabrications à partir des années 1974 à peu près, présente les caractéristiques suivantes :
longueur = 2, 50 m
largeur = 29 cm
épaisseur = 17 ou 20 cm

Les caractéristiques techniques des traverses en béton sont détaillées dans la norme européenne EN 13230.

L'utilisation des traverses en béton est en nette augmentation, tant à cause de leur qualité intrinsèque que pour le prix élevé des traverses en bois.
Les traverses en béton, par leur poids important, assurent un bon ancrage de la voie dans le ballast. Elles sont surtout utilisées pour les lignes nouvelles à grande vitesse.
La fixation des rails se fait par des attaches élastiques pourvues de systèmes isolants en caoutchouc.

Traverses métalliques

La traverse métallique est un produit industriel de fabrication simple. Elle est constituée d'un laminé en forme de U renversé, embouti à ses extrémités, pour former des bêches qui s'enfoncent dans le ballast et s'opposent au déplacement transversal de la voie. Le rail est fixé au moyen de crapauds qui appuient sur le bord du patin. Ces crapauds sont serrés par des écrous vissés sur des boulons et la combinaison de deux ou trois modèles sert à réaliser une gamme progressive d'écartement de la voie. On peut aussi adapter des systèmes élastiques. La traverse métallique, en acier, est assez légère (80 kg) et est essentiellement utilisée dans des voies à circulation de moyenne vitesse. N'étant pas isolantes, elles demandent qu'un soin spécifique soit apporté aux attaches et leur isolation afin d'être compatibles avec les dispositifs de signalisation faisant appel aux courants de voie. Un bourrage de qualité remplissant bien les moules de la traverse, lui permet d'atteindre une stabilité optimum pour les tracés sinueux.

Deux facteurs déterminants font apparaître un regain d'intérêt pour les traverses métalliques :

Notes et références

  1. Article 8 de la directive 75/442/CEE
  2. Jurisprudence constante de la CJCE : la notion de «se défaire» peut s'étendre à la réutilisation d'une substance par un tiers, même si ladite substance est commercialisée
  3. Catégorie Q12 («matières contaminées») figurant à l'annexe I de la Directive 75/442.
  4. règlement n°259/93 du Conseil concernant la surveillance et le contrôle des transferts de déchets à l'entrée ainsi qu'à la sortie de la Communauté européenne (régime d'autorisation avec ou sans notification préalable, ou alors d'interdiction, selon leur destination et devenir (élimination ou valorisation)
  5. Article L541-3 du code de l'environnement
  6. Voir pages 15 à 17 du Dossier «Les traverses de chemin de fer traitées aux créosotes» - Dossier & Annexes - Robin des Bois - Avril 2007 (PDF, 56 pages)
  7. Décret n° 2002-540 du 18 avril 2002 portant sur la classification des déchets (article 2)
  8. Article L541.1 du code de l'environnement
  9. Article L. 541-2 du code de l'environnement
  10. informations visées à l'article L. 541-7 du Code de l'environnement
  11. Article L541-46 du code de l'environnement : «Les entreprises qui produisent, importent, exportent, éliminent ou qui transportent, se livrent à des opérations de courtage ou de négoce des déchets appartenant aux catégories définies par décret comme pouvant, soit en l'état, soit lors de leur élimination, causer des nuisances telles que celles qui sont mentionnées à l'article L. 541-2 sont tenues d'apporter à l'administration toutes informations concernant l'origine, la nature, les caractéristiques, les quantités, la destination et les modalités d'élimination des déchets qu'elles produisent, remettent à un tiers ou prennent en charge.»
  12. décret n° 2005-635 du 30 mai 2005 relatif au contrôle des circuits de traitement des déchets
  13. Circulaire du 1er mars 2006 concernant la mise en œuvre du décret du 30 mai 2005
  14. Une substance particulièrement cancérigène dans le charbon de bois Anne-Laure Barral, 16 juillet 2010, France Info
  15. Le dangereux business de la traverse de chemin de fer Article du Figaro, 2007 10 14
  16. Engagement volontaire des professionnels sur la réutilisation et l'élimination de bois traités à la créosote ainsi qu'aux CCA Actualité du site du ministère du Développement durable
  17. Rapport EMPA Nr 115/38, 1998 - Etude LEMEPUL, Collection d'étude de la traverse métallique, 1964 - 1967

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : traverses - déchets - bois - béton - élimination - créosote - voie - rails - environnement - substance - france - métalliques - décret - blochets - monobloc - sncf - épaisseur - longueurs - produit - européenne - valorisation - lignes - rff - usage - traité - opérations - annexes - dangereux - producteur - assurer -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Traverse.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu