Mandoline

La mandoline est un instrument de musique à cordes pincées originaire d'Italie. C'est un petit luth à manche court répandu tout autant dans la musique classique que populaire ou respectant les traditions, surtout dans les pays méditerranéens,...



Catégories :

Luth - Mandoline - Instrument à cordes - Instrument à cordes pincées - Instrument de musique classique - Instrument de la musique italienne - Instrument de la musique indienne - Instrument de la musique irlandaise - Instrument de la musique suisse - Instrument de musique folk

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Annonces instrument à cordes mandoline Instrument musique occasion occasion instrument à cordes mandoline Instrument musique occasion pas cher discount... (source : annonce-musique)
  • Achat / vente de votre cordes ukulele/banjo/ mandoline D-addario, cordes ukulele/ banjo/ mandoline... CORDES UKULELE/BANJO/ MANDOLINE 57 instruments de musique... (source : musicdestock)
  • Jeu cordes mandoline Cordes - Instruments de musique Instruments de musique et accessoires Sur Shopzilla. fr, découvrez les produits, comparez les prix et ... (source : shopzilla)
Mandoline napolitaine.
Mandoline Gibson de 1921, modèle A4.

La mandoline est un instrument de musique à cordes pincées originaire d'Italie. C'est un petit luth à manche court répandu tout autant dans la musique classique que populaire ou respectant les traditions, surtout dans les pays méditerranéens, mais c'est la chanson napolitaine qui lui a donné ses lettres de noblesse.

Lutherie

Longue de 70 à 75 cm, la mandoline comporte une caisse de résonance bombée en lamellé-collé, une table d'harmonie avec une grande ouïe centrale ovale, un manche court, étroit et pourvu de frettes, se terminant par un chevillier qui permet de accrocher les cordes.

On peut distinguer deux grands types de mandolines :

Actuellement la mandoline la plus commune, sa caisse adopte la forme d'une larme, et son dos est aussi bombé, comme celui du luth. Elle s'éloigne cependant de ce dernier, surtout par sa table d'harmonie percée d'une ouïe ovale — à côté de laquelle est incrustée une plaque d'écaille ou de bois dur évitant ainsi à l'instrument d'être endommagé par les coups de plectre — et par son dos toujours plus bombé. Elle est pourvue de quatre cordes doubles en acier accordées en quintes (comme le violon)  : soit sol, ré, l'et mi (G D A E), du grave vers l'aigu.

1920 Gibson F-4 mandoline 1917 Gibson H-2 mandole 1924 Gibson K-4 mandoloncelle 1929 Gibson mando-basse

À partir du XVIIIe siècle, les mandolines forment une famille d'instruments comportant, de l'aigu vers le grave :

Pour les anglo-saxons, la mandole (mandola) correspond à notre alto (C G D A). L'instrument accordé une octave au-dessous de la mandoline (G D A E) est le plus souvent appelé, en toute logique, octave mandolin, mais également quelquefois octave mandola, ce qui prête à confusion ! Mandoloncelle se traduit par mandocello. La mandobass ne possède que quatre cordes accordées en quartes (E A D G). Rien ne la distingue par conséquent principalement d'une basse acoustique, si ce n'est qu'elle est le plus souvent jouée debout, à la manière d'une contrebasse.

D'autre part, d'autres types, plus régionaux, de mandoline se sont développés :

D'autres types de mandolines sont apparues au fil du temps, telles :

D'autre part, un certain nombre d'instruments hybrides ont vu le jour :

Enfin, elle a été adoptée au début du XXe siècle dans la musique arabo-andalouse algérienne, pour l'interprétation de la nouba et de Chaâbi Algérois, sous le nom de snitra. La mandole algérienne qui en est dérivée a elle un long manche et une caisse plate.

Jeu

Tenu entre le pouce et l'index (ou l'index plus le majeur), le plectre — fréquemment nommé "médiator" en France — est l'objet avec lequel on pince les cordes de la mandoline en jouant des tremolos typiques. Il a été fabriqué dans différentes matières au cours des siècles : os, plume, ivoire, écaille... Sa forme évolue avec la matière utilisée pour les cordes mais aussi les modifications de la forme de l'instrument :

Le répertoire

Les premiers exemples connus de pièces musicales pour mandoline remontent aux environs de 1700 ; disposés en tablature (et non comme une partition), écrits pour la mandoline milanaise, ils sont dus à Francesco Contini (Sonate al mandolino solo) et Filippo Sauli (un manuscrit entier, conservé dans une bibliothèque tchèque). Selon Richard Campbell, Fétis prétendit d'autre part qu'un certain Johann Strohbach aurait composé des concertos pour mandoline avant 1700. Par la suite, bon nombre de compositeurs — en particulier des Italiens — composèrent des pièces pour mandoline dans le courant du XVIIIe siècle.

Les premières méthodes datent respectivement de 1768 (Méthode pour apprendre à jouer de la mandoline sans maître de Pierre ou Pietro Denis), 1770 (Fouchetti, qui publia à Paris sa Méthode pour apprendre aisément à jouer de la mandoline à 4 ainsi qu'à 6 cordes) et 1772 (Michel Corrette) pour la France, et 1805 (Anweisung, die Mandoline von selbst zu erlernen, publiée à Leipzig par Bortolazzi) pour l'Allemagne ; deux autres méthodes, en anglais et en français, furent publiées avant 1805. Si ces méthodes ont été rédigées, à deux exceptions, par des Italiens, aucune méthode de mandoline n'a été retrouvée en Italie avant le début du XIXe siècle.

Le répertoire instrumental original — sans tenir compte des nombreuses transcriptions et autres arrangements — pour mandoline ne se distingue ni en quantité ni en qualité, car il ne contient aucune réelle grande œuvre due à un compositeur de tout premier plan.

En effet, à part 6 pages intéressantes, à savoir les deux inévitables concertos de Vivaldi (pour une mandoline, cordes & basse continue en ut majeur, RV 425 ; pour 2 mandolines, cordes & basse continue, en sol majeur, RV 532) et 4 petites pièces de Beethoven datant de 1796 (Sonatine WoO 43a ; Adagio ma non troppo WoO 43b ; Sonatine WoO 44a ; Andante con Variazioni WoO 44b), la mandoline a été ignorée de l'ensemble des grands compositeurs.

Elle est particulièrement vite devenue un instrument populaire car sa facilité de jeu l'emportait sur le luth, de même que son coût.

La mandoline fut introduite dans l'orchestre symphonique au début du XXe siècle siècle par Mahler (7e et 8e Symphonies), Schœnberg (Variations op. 31), Stravinski (Agon), etc.

La mandoline a aussi fait son apparition à l'opéra dès le début du XVIIIe siècle, dans La conquista delle Spagne di Scipione Africano il giovane (1707) de Bononcini, puis dans plusieurs autres œuvres lyriques (de Naumann, Arne, Grétry, Mozart, …), et dans un oratorio de Hændel en 1748.

Il a ensuite fallu attendre la fin du XIXe siècle pour que l'opéra s'intéresse à nouveau à la mandoline, grâce à Verdi (Otello, 1887 et Falstaff, 1893), Pfitzner (Palestrina, 1912-15), Henze (König Hirsch, 1956), etc. Des compositeurs comme Schœnberg, Petrassi et Manoury ont aussi utilisé la mandoline en musique de chambre.

Article connexe : Liste de compositeurs ayant composé pour la mandoline.

Les mandolinistes

Article détaillé : Liste de mandolinistes.

Bibliographie

Mémoire Universitaire non publié :

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : mandoline - cordes - instrument - forme - plectre - napolitaine - manche - grave - siècles - gibson - musique - caisse - sol - mandolin - méthodes - site - table - harmonie - doubles - basse - octave - part - début - compositeurs - résonance - ouïe - accordées - dos - bombé - dès -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mandoline.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu