Jean-Baptiste Vuillaume

Jean-Baptiste Vuillaume, né le 7 octobre 1798 à Mirecourt et mort le 19 mars 1875 à Paris, est un luthier français.



Catégories :

Luthier - Lutherie - Artisanat du bois - Bois - Facteur d'instruments de musique - Naissance en 1798 - Naissance dans les Vosges - Décès en 1875 - Personnalité lorraine

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • En 1841, Jean-Baptiste Vuillaume est à la tête d'une entreprise... puis aux Expositions Universelles de Londres et Paris en 1851 et 1855.... des instruments qu'il fait fabriquer à Mirecourt et qu'il revend ensuite à bas prix à Paris.... (source : mediatheque.cite-musique)
  • J. B. Vuillaume copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860 tête. Cette biographie de Jean-Baptiste Vuillaume est issue de l'encyclopédie libre et ... (source : biographie)
  • ... En 1851, Jean-Baptiste Vuillaume est décoré de la Croix de la Légion... attaque d'apoplexie et est enterré au cimetière Montmartre à Paris.... (source : vichy-encheres-musique.blogspot)

Jean-Baptiste Vuillaume, né le 7 octobre 1798 à Mirecourt et mort le 19 mars 1875 à Paris, est un luthier français.

J. B. Vuillaume 1860 Atelier Moulin

Il fut non seulement l'un des meilleurs luthiers français du XIXe siècle[réf.  nécessaire] mais également un personnage-clef de la lutherie. «La construction d'un violon ne demande pas uniquement un grand savoir-faire artisanal, mais également une richesse culturelle et artistique personnelles.» Sa vision était l'éthique et la beauté de l'école de Crémone. Son attention pour le plus petit détail de ses instruments lui ouvrit les voies d'une carrière exceptionnelle. C'est son père qui lui a appris les bases de la lutherie.

Biographie

En 1818, il se rendit à Paris et travailla pour François Chanot et , en 1821, dans le magasin de Joseph Dominique Lette. En 1824, ils ouvrirent dans la rue Croix-des-Petits-Champs un atelier commun au nom de «Lette et Vuillaume».

En 1827, il reçut sa première médaille d'argent à l'exposition mondiale de Paris et l'année suivante, en 1828, il s'installa à son compte dans la rue des Petits-Champs, au 46.

Vuillaume construisait des violons, altos, violoncelles, contrebasses et des archets, ces instruments étaient des copies des grands maîtres de Crémone. Ses instruments étaient -et sont toujours- excellents, mais l'air du temps était alors (déjà) aux instruments anciens de maîtres italiens, et il en fut réduit, fréquemment, à copier.

Pour trouver des tables ou des meubles anciens d'où il extrayait des bois idéaux, il entreprit plusieurs voyages en Suisse dans des petits villages montagnards. Toute sa vie il voulut se prouver que son niveau de connaissance et son renom étaient justifiés. Ainsi, durant sa carrière il participa fréquemment à des concours de son et remporta bon nombre de médailles d'or. Au fil du temps, Vuillaume devint un personnage central de la vie musicale parisienne.

Ses contacts avec Hector Berlioz, les solistes Niccolò Paganini, Henri Vieuxtemps, Jean Alard, Pablo de Sarasate, le violoncelliste belge Adrien-François Servais, le violoniste norvégien Ole Bull, mais aussi le chirurgien, physicien et chercheur en acoustique Félix Savart eurent une grande influence sur son travail. Vuillaume mit au point l'octobasse et un contre-alto, pour des œuvres de Berlioz. Il entretenait une véritable fascination pour les instruments des luthiers de Crémone, dont sa boulimie d'instruments en fit le très grand spécialiste : les plus illustres violons, Stradivarius (Soil, Messie, Betts, La Pucelle, Alard, Dauphin, Chant du Cygne) ou Garnerius Del Gesù (Stern, Sarasate) et de célèbres violoncelles (dont le Stradivarius Servais) sont passés par son atelier.

Il eut Karl Rudolf Kœnig pour élève.

Quelques violonistes et altistes qui possèdent ou possédaient des violons de Vuillaume

Bibliographie

Roger Millant : J. B. Vuillaume "Sa vie et son œuvre", W. E. Hill & Sons London 1972.

Sylvette Milliot : "l'histoire de la lutherie à Paris, Tome 3 (2 volumes)  : Jean-Baptiste Vuillaume et sa famille". Editions Les Amis de la Musique, Spa (Belgique), 2006[1]

Références

Sources Externes

L'Instrument

Jean Baptiste Vuillaume violon, copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860

Vue des photos close up :

J. B. Vuillaume copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860 fond

J. B. Vuillaume copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860 table

J. B. Vuillaume copie de "Le Messie" Stradivarius Paris 1860 tête

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : vuillaume - paris - instruments - jean - copies - stradivarius - baptiste - 1860 - violon - messie - luthier - lutherie - petit - joseph - vie - violins - atelier - xix - crémone - françois -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Vuillaume.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu