Isoroy

Isoroy a été durant très longtemps principal producteur français de panneaux à base de bois avant de décliner depuis le début du XXIe siècle.



Catégories :

Entreprise fondée en 1982 - Entreprise française du secteur bois - Entreprise du secteur bois par pays - Entreprise du secteur bois - Bois

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Filiale du groupe Sonæ Indústria depuis 1998, Isoroy est un acteur majeur du marché européen du panneau à base de bois. Cette alliance nous a d'une part... (source : isoroy)
  • Détenu par Pinault Bois de 1986 à 1992, Isoroy est ensuite racquis par le spécialiste allemand des panneaux à base de bois : le Groupe Glunz, période durant... (source : dictionnaire.sensagent)
  • Détenu par Pinault Bois de 1986 à 1992, Isoroy est ensuite racquis par le spécialiste allemand des panneaux à base de bois : le Groupe Glunz.... (source : thermistop)
Isoroy.JPG

Logo actuel (depuis 2003)
Création 1982 (par fusion)
Siège social Drapeau de France Rungis  (France)
Direction Rémy Point (DG)
Activité (s) Industrie du bois
Produit (s) panneaux à base de bois
Société mère Sonæ Indústria, Sonæ
Société (s) sœur (s) (de) Glunz, Tafibra, Tafisa, Novobord
Site Web Isoroy

Isoroy a été durant très longtemps principal producteur français de panneaux à base de bois avant de décliner depuis le début du XXIe siècle.

Historique

Isoroy est issue d'une grande aventure industrielle qui commence à la fin du XIXe siècle avec l'histoire de trois sociétés.

Implantée dans le Calvados, la société Leroy se consacre à la fabrication de boîtes de fromages et de cageots de fruits. À partir de 1892, les fines lamelles des boîtes de fromages entraînent Leroy dans la grande aventure du moment, l'aviation. L'élaboration de biplans exige tout à la fois, légèreté et solidité : deux propriétés obtenues grâce au travail du bois par strates.

Au même moment, un fabricant de tamis, qui deviendra plus tard la société Isorel, consomme quotidiennement du tanin (poudre obtenue par l'immersion de troncs de châtaignier puis par dessiccation) pour imperméabiliser le cuir. Il fait la connaissance de un problème récurrent : que faire du bois devenu impropre à l'utilisation ? Quand le bois avait été défibré, il était lié par de la colle, puis compressé pour devenir le premier panneau à base de bois commercialisé, l'Isorel®.

Les savoir-faire des sociétés Isorel et Leroy associés à celui de l'entreprise familiale Baradel, spécialiste de la fabrication de panneaux de particules bruts et mélaminés, devait permettre au groupe Isoroy, en 1982, de devenir innovant et performant dans l'industrie des panneaux à base de bois. L'histoire retiendra qu'il s'agissait de fusionner trois entreprises en difficulté dans le cadre de la redistribution industrielle impulsée par le président François Mitterrand.

Au fil des décennies, Isoroy s'est par conséquent construit au travers d'une succession de fusions et d'acquisitions.

La situation du groupe était dramatique en 1986 dans la mesure où il avait déposé son bilan juste quelques jours uniquement après les Élections législatives françaises de 1986. Devant le tribunal de commerce, François Pinault l'emporte pour un prix symbolique devant le groupe Séribo en promettant de ne pas démanteler le groupe. Pinault Bois restera propriétaire jusqu'en 1992 et construit alors la dernière usine neuve du groupe à Ussel d'une part dans une logique industrielle liée à la présence importante de la matière première et d'autre part à cause des liens qui unissent François Pinault et le député local Jacques Chirac.

Isoroy est ensuite racquis par le spécialiste allemand des panneaux à base de bois : le Groupe Glunz, période pendant laquelle l'entreprise eu Bertrand Meheut à sa tête. Le groupe connaît une croissance externe avec le rachat en 1994 de Torsyl (Usine actuelle du Creusot) au groupe italien Gemina Batiglia puis de Rol-tech au groupe Saint-Gobain en 1995.

En 1998, Isoroy devient la filiale française du groupe portugais Sonæ Indústria, quand ce dernier prend l'entreprise allemande Glunz. [1]

En 2000, à cause de la spécificité du panneau contreplaqué, la société Plysorol est créée pour regrouper cette activité. Plysorol est ensuite devenue une filiale de Sonæ Capital avant d'être racquise en 2009 par les Sociétés Shandong Longsheng Import & Export Corp. et Honest Timber Gabon[2] puis de connaître de nouveau des soucis financiers en 2010 avec une mise en redressement judiciaire[3]. Les implantations actuelles de Plysorol sont en France : Lisieux, Fontenay-le-Comte et Épernay.


Début février 2009, Isoroy a pris la décision de fermer les sites de Chamouilley (Saint-Dizier) et Châtellerault avant la fin du mois de juin[4]. Ces sites produisent respectivement du MDF pour Chamouilley et de l'OSB pour Châtellerault. En ce qui concerne le site de Chamouilley, la raison de la fermeture est la surcapacité de production européenne et l'obligation d'une mise aux normes environnementales coûteuse. La fin du site de Châtellerault était une issue redoutée depuis l'installation du site concurrent Kronofrance de Sully-sur-Loire dont la capacité est supérieure à la consommation française.

Dans les deux cas, il s'agit de sites industriels en pleine ville et ne pouvaient en aucun cas se développer. Le site de Châtellerault possède aussi le désavantage de se trouver éloigné de ses principales sources d'approvisionnement en bois (Limousin, Centre, Landes et Bretagne).

Avec la fermeture de ces deux sites, Isoroy ne possède plus que des presses en continu et arrête ces deux dernières presses à étages dont la technologie est plus ancienne.

Durant l'année 2010, l'usine de Honfleur est cédée puis l'usine de Lure est racquise par Swedspan, filiale du groupe Ikea spécialisée dans la fabrication de panneaux. [5]

Les implantations française d'Isoroy sont alors en 2010 : Auxerre, Torcy (Le Creusot), et Ussel. Il faut ajouter à cette liste l'usine Darbo de Linxe qui est gérée directement par le groupe Sonæ Indústria via sa filiale Tafisa France.

Les anciens sites Isoroy en France ont été dans un passé proche : Isoroy Casteljaloux vendu au groupe Allemand Steico en mars 2008, Isoroy Transformation à Chamouilley devenu Renfortech cédé en 2007, La Tarnaise des Panneaux à Labruguière cédé en janvier 2003, ainsi qu'Isoroy Saint-Pierre-sur-Dives, Saborec Strasbourg, Rol-tech Rochefort (Charente-Maritime) trois sites désormais fermés... Isoroy ferma aussi la dernière usine ROL de Niort immédiatement après le rachat de l'activité contreplaqué de cette ancienne filiale du groupe Saint-Gobain, cette usine était issue du Groupe Rougier lors de de la création de ROL (Rougier Ocean Landex) .

Marché

Après la création de Plysorol et la séparation entre la production du panneau contreplaqué et les activités de process Isoroy est présent avec 3 catégories de produits : Panneaux de Particules, Panneaux MDF (Medium Density Fibreboard) et Panneaux OSB (Oriented Strand Board). Le panneau de Particules ou de MDF peut être commercialisé mélaminé, découpé ou laqué.

Tous les sites Isoroy sont en mesure de produire des panneaux labellisés PEFC, et ils bénéficient de la certification ISO 9001.

Marques

Panneaux de particules

Panneaux MDF

Panneaux Mélaminés (Particules et MDF)

Voir Aussi

Notes et références

  1. Histoire d'Isoroy sur le site officiel
  2. Rachat de Plysorol
  3. Plysorol : le groupe chinois fait appel du redressement judiciaire
  4. Communiqué de presse sur la fermeture de sites
  5. Swedspan rachète l'usine Isoroy de Lure et investit

Liens externes


Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : isoroy - groupe - panneaux - site - bois - société - usine - sonĉ - plysorol - base - puis - particules - filiale - mdf - france - activité - histoire - panneau - entreprise - françaises - rol - saint - chamouilley - châtellerault -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Isoroy.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu