Harpe

La harpe est un instrument de musique à cordes pincées de forme le plus fréquemment triangulaire pourvu de cordes tendues de longueurs variables dont les plus courtes donnent les notes les plus aigües.



Catégories :

Harpe - Instrument à cordes pincées - Instrument à cordes - Instrument de musique classique

Définitions :

  • Cordophone à cordes pincées, qu'on tient debout, reposant par terre, garni de cordes verticales de longueur graduellement décroissante, qu'on tire avec les doigts; Chez les anciens Juifs, instrument de musique triangulaire et portatif avec des cordes graduellement décroissantes; Harpe... (source : fr.wiktionary)

La harpe est un instrument de musique à cordes pincées de forme le plus fréquemment triangulaire pourvu de cordes tendues de longueurs variables dont les plus courtes donnent les notes les plus aigües. C'est un instrument asymétrique, au contraire de la lyre dont les cordes sont tendues entre deux montants parallèles.

Une joueuse de harpe celtique
Danseuses et musiciennes de l'Antiquité égyptienne

Historique

Dans la prehistoire il existait deux sortes de harpes : la harpe arquée et la harpe angulaire. Elle est , avec la flûte et certains instruments à percussion, l'un des plus anciens instruments de musique. Elle est peut-être née de l'arc musical dont la corde, tendue et relâchée, vibre et émet un son.

D'origine orientale, les premiers vestiges datent d'environ 3500 ans avant Jésus-Christ, elle est connue des musiciens de l'Égypte antique, comme de Sumer et de Babylone. La harpe s'est répandue à travers les diverses civilisations et l'ensemble des continents sous des formes différentes.

La harpe était un instrument universel : on la célèbre sur l'ensemble des continents et l'ensemble des catégories sociales s'expriment à travers son art.

En Europe, elle est signalée au sud-est de l'Écosse sur les pierres «pictes» aux alentours du IXe siècle après J. -C., et en Irlande au cours du haut Moyen Âge. Elle a alors pris sa forme moderne : triangulaire, apparemment posée sur la pointe, et pourvue de la colonne qui relie la console (où s'accrochent les cordes) au bas de la caisse de résonance. Son usage se répand ensuite sur tout le continent.

Le nombre de cordes et la forme variaient selon l'évolution des civilisations, des besoins de la musique, de la technique de fabrication et de l'exigence d'inépuisables raffinements musicaux.

Le roi David avec des musiciens, Chroniques de Rudolf von Ems

La harpe médiévale reste immuablement diatonique (échelle diatonique), tandis que le chromatisme envahit progressivement la musique. À la Renaissance on utilise toujours des harpes diatoniques (Gargantua de Rabelais apprend à jouer de la harpe). Mais le manque de chromatisme entraîne une désaffection de l'instrument au profit du luth et des instruments à clavier en train de naître. Pour pallier ce handicap, les luthiers italiens construisent la arpa doppia, la harpe double contenant deux rangées de cordes parallèles. C'est tandis que, en 1697, un luthier bavarois, Hochbrücker, imagina un mécanisme qui, avec pédales permit d'effectuer certaines modulations.

Cette harpe fut introduite en France en 1749. C'est une harpe à simple mouvement. C'est vers 1800 que le célèbre facteur de pianos, Sébastien Érard, invente le fameux mouvement à fourchettes qui va permettre à la harpe, de rivaliser à nouveau avec les autres instruments chromatiques. Pour des raisons pratiques, en privilégiant de passer une pédale au lieu d'une autre, les harpistes ont fréquemment recours aux homophones ou notes enharmoniques (homophonie). Pour répondre à ces critiques, en 1894, Gustave Lyon, directeur de la maison Pleyel, essaya de reprendre le principe des harpes chromatiques à double rangées de cordes croisées. Debussy composa pour cet instrument ses Danses sacrées et profanes. Le succès de cette harpe fut cependant de courte durée ainsi qu'à la mort de Gustave Lyon en 1936, elle disparut presque totalement de la vie musicale. Les danses sont désormais jouées sur la harpe à pédales (double mouvement), car le dispositif de fourchettes s'est énormément perfectionné.

Les harpes triangulaires occidentales

La harpe diatonique, ou à pédales

Harpe à pédales

La harpe à pédales, ou harpe classique, est celle qu'on utilise dans les orchestres symphoniques et dans les formations de musique de chambre dites classiques. Elle est la plus particulièrement élaborée des harpes.

Elle possède de 40 à 46 cordes (pour les harpes d'étude) et 47 cordes (pour les harpes de concert), ce qui lui donne une tessiture de six octaves. Ces cordes sont essentiellement en boyau, à l'exception des cordes les plus graves (les deux dernières octaves) qui sont en métal, elles sont nommées cordes filées (filetage cuivre sur âme acier), les cordes les plus aigües sont en nylon. Certaines harpes n'ont pas de cordes en boyau mais des cordes en nylon les remplacent, ce qui donne une autre sonorité à l'instrument ; les concertistes (et les instrumentistes) préfèrent fréquemment les cordes en boyau, qui donnent une sonorité plus «ronde» et franche, ce qui donne aussi une harmonie de matière à l'orchestre. Certaines cordes sont colorées pour permettre de repérer les notes principales : les do sont rouges et les fa sont noirs ou bleus. Les autres cordes sont incolores.

La harpe à pédales peut être à simple mouvement (anciennement) ou à double mouvement. Dans les deux cas, on fait allusion au mécanisme reliant les pédales aux cordes pour en modifier la longueur et permettre de jouer les altérations musicales, c'est-à-dire les dièses et les bémols. Ces mécanismes ne font que diminuer la longueur vibrante de la corde et n'en changent pas (idéalement) la tension.

Sur une harpe double mouvement, découverte par Sébastien Érard en 1810, chaque corde peut jouer trois hauteurs : bémol si la pédale est relâchée (= en haut), bécarre si elle est bloquée sur le cran du milieu, et dièse si elle est particulièrement enfoncée.

Il y a 7 pédales qui modifient les 7 notes de la gamme sur l'ensemble des octaves. De gauche à droite, elles correspondent aux notes , do, si, mi, fa, sol, la pour la grande harpe. Les trois premières pédales sont réservées au pied gauche, les 4 dernières au pied droit. Sur certains modèles, surtout sur les harpes Érard, une huitième pédale servait à actionner les volets de fermeture de la caisse de résonance. La harpe Erard de la photo ci-contre en possédait initialement (ouïes rectangulaires).

La harpe à simple mouvement, tout comme la harpe celtique, ne permet que deux hauteurs par corde. L'invention de la harpe à simple mouvement est attribuée au facteur allemand Hochbrücker (1699 - 1763). On accorde la harpe à simple mouvement le plus souvent en mi bémol majeur - toutes pédales relâchées - ce qui permet ensuite de jouer jusqu'à 3 bémols ou jusqu'à 4 dièses. Le nombre des tonalités est par conséquent limité, mais le mécanisme, plus simple, permet la fabrication d'instruments moins coûteux.

La harpe éolienne

Article détaillé : Harpe éolienne.

La harpe chromatique

Découverte en 1894 par Gustave Lyon, directeur de la firme Pleyel, pour concurrencer la harpe diatonique à pédales, elle comporte deux plans de cordes croisés : un plan de cordes pour les bécarres, un plan pour les bémols et dièses. Elle permet l'exécution de l'ensemble des traits chromatiques avec une grande vitesse, mais au contraire de la harpe diatonique, elle ne permet pas les glissandi dans l'ensemble des modes et tonalités.

Pour montrer les possibilités de l'instrument, la firme Pleyel commanda en 1904 une œuvre à Claude Debussy qui composa les Danses sacrée et profane pour harpe chromatique et orchestre à cordes. Mais cette œuvre est aussi jouable sur harpe diatonique, avec cependant de très complexes passages de pédales. Notons qu'André Caplet composa une première version de son Conte fantastique pour harpe chromatique et orchestre en 1908, intitulée Légende. Il adaptera ensuite l'œuvre pour harpe diatonique et quatuor à cordes en 1924.

En riposte et pour promouvoir les possibilités de la harpe diatonique, la firme Érard passa commande en 1905 d'une œuvre à Maurice Ravel qui composa l'Introduction et Allegro pour harpe avec accompagnement d'un quatuor à cordes, d'une flûte et d'une clarinette.

Il avait été prévu une évolution de la harpe chromatique en y ajoutant des pédales, donnant la possibilité d'ainsi à la fois les chromatismes rapides et les glissandi de la harpe diatonique. Cette harpe devait voir le jour en 1914, mais la première guerre mondiale mit fin au projet et la harpe chromatique tomba dans l'oubli progressivement dans les années selon-guerre.

Une classe de harpe chromatique a existé au Conservatoire national supérieur de musique de Paris de 1903 à 1933.

Une classe de harpe chromatique a continué au Conservatoire royal de Bruxelles jusqu'en 2005. Elle avait été ouverte en 1900, fermée en 1953, puis rouverte en 1978. Il est à noter qu'une association a été nouvellement créée à l'initiative de Vanessa Gerkens.

La harpe celtique

Article détaillé : Harpe celtique.

Quelques citations irlandaises du XIIIe siècle :

La harpe celtique est un instrument central du monde celte ; plus que «traditionnelle», elle est une expression d'une culture classique celtique et , désormais, d'une musique celtique contemporaine ; elle possède le plus souvent 32 à 38 cordes. Elle est reconnaissable à son arc, toujours cintré. Particulièrement répandue en Irlande au Moyen Âge, elle a peu évolué depuis (sauf certaines créations modernes). Elle sert désormais aussi pour apprendre à jouer de la harpe.

Actuellement, les cordes sont le plus fréquemment en nylon, mais on trouve aussi des instruments montés en boyau (de mouton) ou encore en métal. Certaines cordes sont le plus souvent colorées, comme pour la harpe à pédale, de manière à repérer les notes de la gamme. Ainsi, les do sont rouges et les fa sont noirs ou bleus.

Harpe troubadour

Des taquets (ou palettes), fixés près de la partie supérieure de chaque corde, permettent de modifier la hauteur d'un demi-ton pour jouer les altérations (dièses/bémols). On accorde le plus souvent la harpe celtique en mi bémol majeur avec les taquets en position basse, ce qui permet ensuite de jouer dans les tonalités ayant jusqu'à quatre dièses ou jusqu'à trois bémols.

La harpe celtique correspond à tout un répertoire, respectant les traditions ou savant, irlandais, écossais et , depuis les années 50, breton. Mais elle s'adapte aussi à des répertoires classiques et contemporains (jazz, folk-rock, «world», électro-rock, pop, new age…). Elle accompagne parfaitement le chant soliste. Sa petite taille en fait un instrument de choix pour débuter l'apprentissage de la harpe à pédales, quoiqu'elle possède une technique de jeu propre, différente du jeu sur harpe classique. La majorité des instruments sont acoustiques mais il existe des harpes électro-acoustiques et purement électriques (cf Alan Stivell).

La harpe troubadour ou bardique

Il existe aussi de petites harpes, pouvant être sanglées, dont on peut jouer debout et en se déplaçant. Habituellement, cette harpe dite bardique possède des cordes métalliques. Sa période de référence est le Moyen Âge, du Ve siècle au XVe siècle. Son répertoire s'oriente autour de la musique ancienne et respectant les traditions celtique.

On rencontre aussi un petit instrument moderne au son dynamique et brillant possédant le plus fréquemment 22 cordes en nylon, dans le registre aigu. Dite «harpe troubadour», elle fait référence aux musiciens qui utilisaient ce type d'instrument pour accompagner chants, danses et récits.

La harpe double (arpa doppia), ou à double rang de cordes

Cette harpe médiévale comporte deux rangs de cordes parallèles correspondant l'un aux notes naturelles et l'autre aux altérations (comme les touches blanches et les touches noires d'un clavier). Elle n'a rien à voir avec la grande harpe chromatique.

Harpe troubadour sanglée servant à jouer debout.

La harpe triple (arpa tripla), ou à triple rang de cordes

Cette harpe est jouée au Pays de Galles comme un instrument respectant les traditions. Son enseignement, hors académie, s'est transmis confidentiellement. Dans ce pays, elle bénéficie actuellement d'un regain d'intérêt, avec des joueurs comme Llio Rhydderch ou Robin Huw Bowen qui interprètent un répertoire respectant les traditions tout en s'ouvrant à d'autres cultures musicales.

La harpe des Andes

Cette harpe (arpa) est un instrument important du patrimoine musical péruvien et sur toute la Cordillère des Andes. Importée par les Conquistadores, elle a été adaptée pour répondre aux besoins d'expression musicale propres à la région. Surtout, sa caisse de résonance a été agrandie et la tension sur les cordes est plus faible que sur la harpe occidentale. Instrument diatonique, elle n'a pas de pédale. Principalement en bois, elle fluctue de taille et de forme selon les régions. Elle comporte de 32 à 38 cordes, et on trouve sur la même harpe autant des cordages de nylon, de métal ou de boyaux (ces derniers, pour les notes basses uniquement, sont en voie de disparition). La harpe est conçue pour être facile à transporter, et certains musiciens en jouent en marchant. Elle est utilisée en instrument soliste, en accompagnement de petits ensembles ou avec de grands orchestres, principalement dans un registre de musique folklorique.

Au contraire de la harpe occidentale qui utilise le système tonal, les musiciens andins jouent de la harpe en utilisant un système modal basé sur une échelle pentatonique.

Les harpes angulaires

Sans doute l'une des plus anciennes formes de harpe connue, répandues en Égypte ancienne et en Asie. La caisse de résonance forme avec la console un angle plus ou moins droit, qui n'est pas fermé par un joug.

Article détaillé : Konghou.
Article détaillé : Chang (harpe) .
Chang iranien

Les harpes arquées

Appelées aussi "harpes coudées", elles sont aussi fort anciennes et leurs conceptions assez rudimentaires.

Article détaillé : Saung.
Harpe Ituri
Articles détaillés : Ennanga, Kundi, Ngombi et Seto (harpe) .

Les harpes fourchues

Ce sont des hybrides de harpe arquée et de harpe angulaire avec deux ou plusieurs manches. On en renconre en Nouvelle-Guinée et en Afrique. Il ne faut pas les confondre avec les lyres dont le sens des cordes est différent.

Article détaillé : Do (harpe) .

Les harpes-luths

On en rencontre plusieurs variétés en Afrique noire. Comme leurs noms l'indiquent, il s'agit de harpes hybrides ayant la forme et les caractéristiques d'un luth, mais utilisées avec une technique de jeu de harpe.

Articles détaillés : Kora, Bolon, N'goni et Gravi-kora.

La harpe-cithare

Cet instrument hybride d'Afrique noire se présente sous la forme d'une variété d'arc musical ou de cithare mais avec des éléments propres à la technique de jeu de la harpe, surtout grâce à un haut chevalet comparable à celui des harpes-luths. Précisons que le terme de cithare ne convient pas à la harpe angulaire d'Afrique centrale qui se joue droite et verticale et non à plat sur les genoux comme se joue une harpe chromatique ou cithare.

Article détaillé : Mvett.

Les harpes-guitares

Article détaillé : Guitare-harpe.

Il existe depuis deux siècles une grande variété de variétés de guitares ornées d'un second manche non fretté et dont on joue en partie avec une technique de harpe.

Instrumentistes célèbres

Harpe classique

Harpe celtique : anciens

Harpe chromatique : contemporains

Harpe celtique : contemporains

Bibliographie

Liens externes

Notes et références

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : harpe - cordes - instrument - celtique - harpistes - pédales - musique - chromatiques - diatonique - jouer - classique - détaillé - forme - notes - mouvement - conservatoire - bémols - ensemble - double - traditions - afrique - arquée - musiciens - simple - orchestres - dièses - respectant - alan - ancienne - siècles -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Harpe.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu