François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter est l'ébéniste parisien le plus en vogue entre 1796 et 1825.



Catégories :

Naissance en 1770 - Décès en 1841 - Décorateur français - Ébéniste - Ébénisterie - Artisanat du bois - Bois - Artisan d'art

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • , le serre-bijoux dut être complété par deux autres meubles de l'ébéniste François - Honoré - Georges Jacob - Desmalter, plus petits mais de même style.... (source : louvre)
  • Il préfigurera ainsi le style Empire. Georges Alphonse Desmalter (1799-1870), fils de François Honoré, utilisera l'estampille " Jacob " (sans le G) sous la... (source : insecula)
  • Le style Directoire garde des souvenirs Louis XVI (meubles peints) avec adjonction... François - Honoré - Georges Jacob - Desmalter : Fauteuil de la Tribune de ... (source : encyclopedie.bseditions)
Chambre de l'impératrice Marie-Louise au château de Compiègne, 1811.

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter (1770–1841) est l'ébéniste parisien le plus en vogue entre 1796 et 1825.

Fils de Georges Jacob qui a lancé le style Louis XVI et le style Directoire, il s'associe en 1796 avec son frère Georges Jacob Fils pour créer Jacob Frères Rue Meslée. Son père avait bénéficié des commandes de la famille royale sous l'Ancien Régime, les deux frères satisfont les commandes de la famille impériale.

Faisant appel aux esquisses du peintre Jacques-Louis David et des ornemanistes Percier et Fontaine, les frères créent un mobilier s'inspirant de l'antiquité gréco-romaine pour lancer le style Empire.

Leur style se définit par une grande qualité du dessin, des lignes épurées, des formes originales, l'emploi de bronzes dorés ciselés (réalisés par Pierre-Philippe Thomire). En menuiserie, il emploie l'acajou, le bois doré et le bois laqué avec, quelquefois, des incrustations d'ébène et des bois autochtones tels que l'érable ou l'if.

Pour l'impératrice Joséphine, ils livrent des meubles au château de Malmaison, aussi au Palais Rohan de Strasbourg, entre 1807 et 1809, pour la chambre à coucher dite «de Napoléon Ier». Ils travaillent au Château de Compiègne. Ils livrent l'imposant berceau du Roi de Rome, le précieux cabinet à bijoux de l'impératrice Marie-Louise, selon les dessins de Percier et Fontaine. On leur doit le salon d'argent, au palais de l'Élysée.

Très dépendants des commandes impériales, leur atelier qui emploie plus de trois-cent ouvriers[1], fait faillite en 1813 lorsque les finances du Premier Empire ne permettent plus d'honorer ses dettes. Jacob-Desmalter, parvient cependant à ressusciter son entreprise et , à la chute de l'Empire, il retrouve la clientèle paternelle des Bourbons pour réaliser le mobilier en style Restauration. Son fils, Georges Alphonse (1799-1870), lui succède en 1825.

Notes

  1. source

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : jacob - georges - style - louis - desmalter - frère - impératrice - château - ébéniste - fils - commandes - famille - mobilier - empire - bois - paris - chambre - marie - louise - compiègne -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Honor%C3%A9-Georges_Jacob-Desmalter.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu