André-Jacob Roubo

André Jacob Roubo, menuisier, ébéniste français, fils et petit-fils de Compagnons menuisiers. Compagnon lui-même, il reçut le titre de Maître en 1770 au titre de la parution, en 1769, de la première partie de L'Art du menuisier.



Catégories :

Ébéniste - Ébénisterie - Artisanat du bois - Bois - Artisan d'art

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • *) Section De La 3 : Partie De "l'Art Du Menuisier" André Jacob Roubo (auteur). Editeur : ARTS ET METIERS JACQUES LAGET. Date de parution : janvier 1982.... (source : chapitre)
  • Roubo, André Jacob. Bibliothèque Des Arts, Des Sciences Et Des Techniques-Martin Media - 02/02/2006. Livres; Livres sur l'art et la culture... (source : priceminister)
  • André Jacob Roubo. Menuisier charpentier français (Paris 1739-Paris 1791). Il est en particulier réputé pour son Art du menuisier, publié de 1769 à 1775 (4 volumes)... (source : larousse)
Le sciage du placage par André-Jacob Roubo.

André Jacob Roubo, menuisier, ébéniste français, fils et petit-fils de Compagnons menuisiers. Compagnon lui-même, il reçut le titre de Maître en 1770 au titre (dérogatoire) de la parution, en 1769, de la première partie de L'Art du menuisier. Né en 1739 à Paris, il y meurt en 1791, rue Saint Jacques, Paroisse St-Jacques-du-Haut-Pas, laissant une veuve et quatre enfants mineurs. Il avait dessiné et dirigé la construction des grandes coupoles des Halles aux Blés ainsi qu'aux Draps, ainsi qu'un escalier monumental pour l'Hôtel de M. de Marbeuf, toutes œuvres actuellement disparues. Il avait été l'élève de l'architecte Blondel et la rédaction de son ouvrage lui prit quatorze ans de sa vie.

Il a rédigé un traité complet sur la menuiserie qui couvre quasiment l'ensemble des métiers associés. Son œuvre a été publiée, entre 1769 et 1782, dans les Descriptions des Arts et Métiers de l'Académie des sciences (Paris) et reproduite en 1977 puis en 1982, au format, par Léonce Laget. En 2002, La Bibliothèque de l'image en a publié une édition au format in-4o, d'un prix plus abordable, et qui contient en outre L'Art du layetier, paru en 1782. L'œuvre compte plus de 1 340 pages mais aussi 389 planches gravées par lui-même. «Le Roubo» est reconnu, toujours actuellement, comme le meilleur traité de menuiserie bois respectant les traditions. Il développe et discute en détail les savoirs techniques des métiers de la menuiserie qui était, sous Louis XV, dans son âge d'or. En quatre parties, dont la troisième est la plus développée, il traite de Menuiserie dormante et ouvrante, du Carrossier, du Fabricant en meubles, de l'Ébéniste et du Treillageur. Le traité de Roubo est de facto le gardien des «règles de l'art». Plusieurs de ses notes en bas de page montrent son intérêt pour la condition sociale des artisans et font de lui un adepte de «l'esprit des Lumières», comme l'a montré Hans-Ulrich Thamer dans un important article de 1987. Roubo sera d'ailleurs dans la Garde Nationale en 1790 et sa veuve sera pensionnée, en 1791, au titre des services rendus à la Nation par son mari. Il a aussi publié, en 1777, un Traité de la construction des théâtres et des machines théâtrales, chez Jombert et Collot, réédité en fac-sim. par Slatkine en 1984 sous le prénom erroné de «Jacques-André», comme partie du recueil factice Les arts des instruments (ISBN 2-05-100646-6). Mais seule la première partie (Histoire et architecture des théâtres, en particulier de France et d'Italie) est parue alors même que la seconde (Machines théâtrales) était déclarée en 1777 «prête à être imprimée» : ce qui fait que le titre promet plus que l'ouvrage ne donne. C'est néanmoins un travail remarquable, au format petit in-fo, avec 66 pages de texte sur deux colonnes et 10 belles planches gravées. Divers «prolongements» ont été donnés aux XIXe et XXe siècles à L'Art du menuisier, surtout par Dufournet aux éditions Ch.  Juliot (Paris)  ; mais il n'y demeure pas grand chose de l'ouvrage original. Pour ce qui touche aux buffets d'orgues, André-Jacob Roubo a collaboré avec Dom François Bedos de Celles.

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : roubo - art - andré - menuisier - titre - partie - traité - menuiserie - jacob - paris - jacques - œuvres - ouvrage - métiers - format - ébéniste - fils - petit - compagnons - 1769 -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9-Jacob_Roubo.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu