André-Charles Boulle

André-Charles Boulle est un apprenti ébéniste sculpteur, fondeur, ciseleur, doreur, peintre et dessinateur français du XVIIe siècle.



Catégories :

Peintre français du XVIIe siècle - Peintre français du XVIIIe siècle - Ébéniste - Ébénisterie - Artisanat du bois - Bois - Sculpteur français du XVIIe siècle - Sculpteur français du XVIIIe siècle - Naissance en 1642 - Décès en 1732 - Prix de Rome en sculpture

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • André-Charles Boulle est né en 1642, mort en 1732.... André Charles Boulle est le fils de Jean Boulle, menuisier en ébène, né en Gueldre allemande... (source : ebenistes)
  • , André Charles Boulle est appelé "premier ébéniste du roi".... André Charles Boulle Né à Paris en 1642, André Charles Boulle est issu d'une famille... (source : chrisagde.free)
  • ... La production d'André Charles Boulle est difficilement quantifiable : les descriptions des inventaires trop imprécises ne permettent pas... (source : les.menus.plaisirs.passion.over-blog)
André-Charles Boulle

André-Charles Boulle (11 novembre 1642 - 29 février 1732 à Paris) est un apprenti ébéniste sculpteur, fondeur, ciseleur, doreur, peintre et dessinateur français du XVIIe siècle.

Biographie

André Charles Boulle est issu d'une famille catholique. C'est le fils de Jan Bolt francisé en Jean Boulle, menuisier en ébène, né en Gueldre allemande.

De 1666 à 1676, il a son propre atelier où travailleront jusqu'à 40 personnes, dont ses propres filles.

À partir de 1672, le roi Louis XIV, sur les conseils de Colbert, qui le considère comme «le plus habile ébéniste de Paris», lui offre un logement au Louvre. Il y vivra jusqu'à sa mort à l'âge de 89 ans.

Il s'est vu attribuer la place de Jean Macé, autre grande figure de l'ébénisterie.

Être admis au Louvre est un signe de la faveur royale, mais c'est aussi un privilège de liberté comparé aux Corporations (ou guildes, communautés structurées pratiquant le numerus clausus et définissant les règlements d'une profession sous l'Ancien Régime). Reconnu comme le plus célèbre ébéniste de l'histoire, il introduisit en ameublement l'art du bronze doré, qu'il sculptait, fondait, ciselait et dorait lui-même, et le porta à un point de noblesse et d'excellence sans comparaison en son temps.

Il diffusa en France une technique, utilisée plus tard en Italie et en Hollande, consistant à incruster les meubles avec, entre autres matériaux, de l'écaille de tortue, de la corne, de l'étain, du laiton ou du cuivre. C'est la fameuse marqueterie Boulle qui porte actuellement son nom. Il confectionna, avec cette technique, de nombreux boîtiers de pendules pour les plus fameux horlogers, dont ceux du roi Balthazar Martinot, Isaac et Jacques Thuret.

Il continua à diriger son atelier jusqu'à sa mort.

Boulle collectionneur

Collectionneur d'Art passionné et déraisonnable, il sera plusieurs fois proche de la ruine financière et devra son salut à une intervention du roi soleil Louis XIV dont il est alors «premier ébéniste». Pour l'anecdote, la collection d'art de Boulle, composée d'œuvres particulièrement diverses, connue en son temps comme une des plus belles et des plus complètes (Rubens, Van Dyck, Mignard, Snyders, Bourdon, Le Brun et bien d'autres), estimée alors à 370 770 livres, disparut presque entièrement dans un incendie probablement criminel qui se déclara dans son logement au Louvre le 30 août 1720 à trois heures du matin.

Descendance

Quatre de ses fils poursuivirent son œuvre :

Les marqueteries dans le genre de Boulle eurent aussi du succès sous le règne de Louis XVI et sous celui de Napoléon III.

Il publia un recueil de Nouveaux dessins de meubles et ouvrages de bronze et de marqueterie.

Une des plus célèbres écoles d'Arts Appliqués de Paris porte son nom, c'est l'école Boulle.

Estampille

À l'époque de Boulle, l'obligation d'estampiller n'était pas complètement entrée dans les mœurs. Il faut attendre 1743 pour sa généralisation. Il n'existe pas de marque, d'estampille, de Boulle ou de ses fils. Une telle marque, apposée au plus tôt au 19e siècle; figurant sur un objet sert à désigner le plus souvent un faux.

Cote

Prix les plus récents :

Un bureau plat (vers 1710) attribué à André-Charles Boulle, issu de la collection Wildenstein, a été vendu par Christie's London les 14-15 décembre 2005 pour la somme de £2 920 000 soit 4 321 000 €. Ainsi qu'une paire de coquilliers en amarante dans la manière de Boulle (1 221 888 €), deux tables-consoles attribuées de façon certaine à l'artiste (1 636 288 €), un bureau attribué à un des fils Boulle avec une pendule signée «J. Henry Enderlin A Paris» (940 096 €). Tous ces meubles étaient issus de la même collection.

Archives

Musées

Trois grandes collections de mobilier attribué à André Charles Boulle :

Bibliographie

Le groupe Faton, éditeur du mensuel L'estampille Objet d'Art a publié un très bon numéro de sa revue Dossier de l'Art, no 124, novembre 2005 sur l'œuvre de Boulle. On y trouve surtout une biographie extensive incluant les dernières données de la critique moderne «André-Charles Boulle (1642-1732), Chronologie nouvelle de sa vie et de son œuvre» par J. N. Ronfort, qui y a aussi écrit «Les commandes pour le Grand Dauphin et la duchesse de Bourgogne au château de Versailles».

Le Catalogue raisonné de l'artiste est en cours de publication par le même auteur.

Une exposition internationale «André-Charles Boulle (1642-1732), et l'Art de son Temps, un nouveau Style pour l'Europe» se tient aujourd'hui au Museum für Angewandte Kunst à Francfort jusqu'au 31 janvier 2010. Ayant pour commissaire général Jean Nérée Ronfort, assité de Jean-Dominique Augarde et d'Ulrich Schneider, elle est encensée par la critique, du Financial Times au La Libre Belgique qui a titré "Versailles sur le Main", en passant par la Frankgurter Allgemeine ou Radio France International. Vingt neuf musées y participent dont Versailles, le Victoria & Albert de Londres et l'Ermitage de Saint-Petersbourg. La scénographie de Juan Pablo Molyneux met en valeur les œuvres exposées d'une façon extraordinaire.

Le catalogue publié par Somogy est disponible en version française et allemande.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références


Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : boulle - charles - andré - art - paris - jean - marqueterie - collection - 1642 - 1732 - œuvres - versailles - ébéniste - fils - roi - louis - louvre - écaille - tortue - château -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9-Charles_Boulle.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu